Durabilité, sensibilisation et amélioration permanente

RAPPORT 2016

MINIMISER L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL


Le Groupe Ferrero accorde une attention toute particulière à la protection de la planète. C’est pourquoi il cherche à associer son désir de croissance à sa volonté de limiter au maximum son impact environnemental, comme décrit plus bas.

EMPREINTE CARBONE

Le Groupe Ferrero estime qu’il est de sa responsabilité première d’évaluer l’impact de la chaîne d’approvisionnement de ses produits dans son ensemble. Ce n’est qu’en ayant d’abord une idée précise de cet impact qu’il pourra ensuite le gérer et le réduire. Depuis 2009, le Groupe mesure son empreinte carbone chaque année et s’engage ainsi à en renforcer les limites progressivement.

LE PROJET FER-WAY


Conscient des implications de la raréfaction des ressources destinées à ses activités, le Groupe Ferrero soutient et promeut le développement d’une économie circulaire par le biais de son projet de responsabilité environnementale, FER-Way.

Depuis l’exercice 2013/2014, qui a marqué le lancement du projet FER-Way (Ferrero Environmental Responsibility Way), destiné à gérer correctement la durabilité environnementale, le Groupe accorde une attention particulière à l’amélioration de la précision des données, à la plus grande inclusion des sources d’émissions indirectes, ainsi qu’à la redéfinition d’indicateurs et de paramètres d’évaluation à la pointe du développement scientifique. Cette approche se fonde sur quatre actions, comme le montre l’illustration.

 

En outre, par le biais de son projet de responsabilité environnementale FER-Way, Ferrero soutient et encourage le développement d’une économie circulaire, prévue pour s’auto-régénérer, qui remplace le modèle traditionnel de consommation linéaire.

À cette fin, le Groupe a commencé à repenser la gestion de certaines de ses ressources, et plus précisément des matières premières alimentaires, de l’énergie et des matières premières d’emballage, comme des « cycles » plutôt que comme des chaînes d’approvisionnement linéaires.

CONTRIBUTION DE L’INDUSTRIE ALIMENTAIRE À UNE ÉCONOMIE CIRCULAIRE

EN ROUTE VERS UNE ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Ces 150 dernières années, l’économie mondiale a suivi une trajectoire de production et de consommation linéaire, créant par là-même une demande croissante en ressources naturelles. Face aux perspectives de croissance de la population mondiale, il est crucial de revoir notre façon de penser et donc, nos modes de production et de consommation. 
C’est pourquoi un modèle d’économie circulaire, prévue pour s’auto-régénérer, remplace le modèle traditionnel de consommation linéaire.
Afin d’intégrer les principes de l’économie circulaire dans ses activités, le Groupe a commencé à repenser la gestion de certaines de ses ressources – matières premières alimentaires ainsi qu’énergie et matières premières d’emballage – comme des « cycles » plutôt que comme des chaînes d’approvisionnement linéaires.
  • MATIÈRES PREMIÈRES

    En tant que principales matières premières utilisées par Ferrero dans ses produits, les noisettes génèrent une importante quantité de coques. Pour ne pas nous limiter à les considérer comme de simples déchets, nous avons lancé le projet Eco°Paper.

  • CONCEPTION

    L’impact environnemental d’un produit ou d’un service se mesure durant sa phase de conception, car tout son cycle de vie dépend de la conception même. L’une des actions entreprises à cet effet est la modernisation du tunnel de refroidissement de l’usine au Canada.

  • PRODUCTION

    Le Groupe est actif dans le champ de la recherche depuis plusieurs années, également par le bais de projets européens, afin de produire de l’énergie et de nouveaux matériaux d’emballage grâce à l’utilisation, à la fois, de sous-produits alimentaires issus de ses propres usines et d’autres types de biomasse en dehors de sa chaîne d’approvisionnement directe. La collaboration avec le projet Sibafeq représente une initiative dans ce sens.

  • CONSOMMATION

    Ces dernières années, Ferrero s’est efforcé de promouvoir son engagement par le biais d’activités éducatives visant à la fois la consommation (via la problématique du conditionnement en portions) et l’élimination appropriée des emballages de ses produits. Le label « utilisation finale » a ainsi vu le jour pour aider les consommateurs à correctement trier et jeter les emballages des produits après leur consommation.

  • DÉCHETS

    Désormais, bon nombre des matériaux jusque-là considérés comme des produits à éliminer font partie d’un cercle vertueux et sont qualifiés de « produits ». À cette fin, le projet SPE (Scraps of the Packaging Evolution) a été lancé durant l’exercice 2012/2013 dans les principales usines européennes.

FERRERO4FUTURE (FERRERO FOR FUTURE)


C’est dans le contexte du projet FER-Way que le cadre Ferrero4Future a été créé : quatre zones d’action sur lesquelles le Groupe Ferrero travaille afin de se lancer sur la voie d’un avenir plus durable. 

Utilisation efficace des ressources
Les ressources sont un atout très précieux pour Ferrero. Par conséquent, il est important de les utiliser de manière responsable. Les ressources, telles que l’eau, l’énergie et les matières d’emballage, n’étant disponibles qu’en quantités limitées, Ferrero s’efforce de réduire leur utilisation tout au long de la chaîne de production de ses produits. 

Émissions
Afin de se développer comme une activité à faibles émisssions, le Groupe cherche à réduire son impact en mesurant et en contrôlant son empreinte carbone, dans un objectif d’innovation technologique et de collaboration. Pour ce faire, il se concentre à la fois sur l’impact de son activité, mais aussi de toute la chaîne de valeur.

Gestion des déchets
Conformément à la politique du Groupe en faveur de la réduction globale des déchets et de la meilleure gestion de la chaîne de production, et dans le respect de la volonté de l’Union européenne d’augmenter la quantité de déchets valorisés, les deux principaux domaines d’intervention des sites de production du Groupe en matière de déchets portent sur la réduction de la production de déchets en termes absolus et sur l’indice de valorisation, qui est de 95 %.

Protection de l’écosystème naturel 
Faisant partie de l’écosystème de la planète, l’activité du Groupe Ferrero peut avoir des répercussions directes, mais aussi tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Une fois identifiés, les éléments de l’écosystème doivent impérativement faire l’objet d’une conservation active. Plus précisément, pour une entreprise alimentaire comme Ferrero, la biodiversité, la déforestation et l’utilisation des sols méritent incontestablement une attention particulière.